Friches industrielles

La Suisse dispose de plus de 350 anciens sites industriels totalisant 1820 hectares. Une grande partie de ces surfaces et de ces terrains est sous-utilisée, voire inutilisée, et représente un énorme potentiel de développement urbain durable. L’objectif d’urbanisation à l’intérieur du tissu bâti ne peut être atteint que si les friches industrielles souvent bien situées sont exploitées avec pertinence à titre de réserves d’utilisation internes particulièrement importantes.

Localisation des friches industrielles (2008); Sources: Les friches industrielles et artisanales: Reporting 2008 (ARE, 2008)

La Suisse compte un potentiel de développement inerte de plus de 18 millions de mètres carrés, dont plus de la moitié, ou 9,9 millions de m², sont des fiches industrielles et artisanales ordinaires. Font aussi partie des friches industrielles des zones militaires ou des infrastructures dont les vastes surfaces sont sous-utilisées. Près de 70 % des 350 sites recensés se situent dans des communes d'agglomération.

Les réserves de développement constituées par les friches industrielles (18 km²) ont une surface supérieure à celle de la ville de Genève (16 km²). Elles pourraient accueillir 190 000 habitants et 13 000 entreprises (soit quelque 140 000 emplois) et générer des rentrées locatives de l'ordre de 1,5 milliard de francs par an. Le potentiel de surface de plancher de 11,3 millions de m² (= 85 000 logements ou 450 000 postes de travail dans le secteur tertiaire) correspond à deux fois et demie la réalisation annuelle de nouvelles constructions en Suisse, soit un volume d'investissement de 27 milliards de francs (coûts de construction sans le terrain), voire de 34 milliards de francs (valeur du terrain comprise).

Outre un bon emplacement, les facteurs déterminant fortement la demande sont les possibilités d'affectation prévues au niveau de la planification. La reconversion d'une friche nécessite souvent l'adaptation des dispositions légales en la matière ce qui, dans la procédure actuelle, représente un risque pour les projets. Par ailleurs, un cinquième des sites se trouve sur un sol contaminé, ce qui augmente les coûts de reconversion. La Confédération soutient la réhabilitation de friches stratégiquement bien situées en mettant à disposition des connaissances et des instruments. La promotion de la reconversion à travers la planification directrice cantonale et la planification communale des affectations joue un rôle crucial.

https://www.are.admin.ch/content/are/fr/home/developpement-et-amenagement-du-territoire/bases-et-donnees/faits-et-chiffres/friches-industrielles.html