Surfaces d’habitat et d’infrastructures

Les surfaces nouvellement consacrées à l’habitat et aux infrastructures depuis les années 1980 couvrent l’équivalent du lac Léman. L’accroissement se poursuit, même si son rythme est un peu plus lent. Les surfaces d’habitat et d’infrastructures continuent néanmoins à augmenter plus vite que la population, ce qui est incompatible avec un développement durable.

Surface bâtie par personne; Source: OFS

Les surfaces d'habitat et d'infrastructures s'étendent à un rythme soutenu depuis plusieurs décennies. La statistique de la superficie la plus récente montre que les surfaces d'habitat et d'infrastructures ont gagné presque 24 % en 24 ans depuis la première moitié des années 1980. En valeur absolue, l'augmentation est de 584 km², soit la superficie du lac Léman.

Chaque seconde, plus d'un mètre carré de surfaces agricoles disparaît en Suisse. L'évolution des affectations se poursuit donc sans répit. Des terres cultivées ne cessent de disparaître, laissant la place à des bâtiments, des routes, des voies ferrées.

La progression des surfaces d'habitat et d'infrastructures reste plus rapide que la croissance démographique. La surface utilisée par personne a donc augmenté. Alors qu'elle était encore de 387 m² au début des années 1980, elle s'élève aujourd'hui, selon la dernière statistique de la superficie (2004/09), à 407 m² et a ainsi franchi le seuil des 400 m² qui avait été fixé comme plafond par le Conseil fédéral dans la Stratégie pour le développement durable 2012-2015.

https://www.are.admin.ch/content/are/fr/home/developpement-et-amenagement-du-territoire/bases-et-donnees/faits-et-chiffres/surfaces-d_habitat-et-dinfrastructures.html