Les coûts externes de la mobilité ont atteint 12,8 milliards de francs en 2015

Ittigen, 05.07.2018 - Les coûts occasionnés par les transports dans les domaines de l’environnement, de la santé et des accidents et qui ne sont pas couverts par les usagers eux-mêmes se sont élevés à 12,8 milliards de francs en 2015. Ils sont causés principalement par les émissions polluantes, le bruit du trafic et les accidents. L’Office fédéral du développement territorial (ARE) présente les résultats des calculs dans une publication intitulée «Coûts et bénéfices externes des transports en Suisse».

En Suisse, le transport sur route, sur rail, sur l’eau et dans les airs a causé en 2015 dans les domaines de l’environnement, de la santé et des accidents 12,8 milliards de francs de coûts non couverts. N’étant pas répercutés sur le prix de la mobilité, ces coûts sont qualifiés d’externes. Du montant total, 9,2 milliards sont causés par le transport routier motorisé privé et 950 millions par la mobilité douce. Pour cette dernière, il s’agit essentiellement de coûts liés à des accidents, causés par l’usager, mais qu’il n’assume pas lui-même. Par ailleurs, les principales sources de coûts causés par le transport motorisé privé sont la pollution atmosphérique, qui inclut les émissions de CO2, et le bruit. Les transports publics sur route (bus, tram) sont à l’origine de 250 millions de francs de coûts externes. Dans le transport aérien, la majeure partie des coûts externes, qui atteignent 1,2 milliard de francs, est le fait des émissions de CO2. Le transport ferroviaire cause environ 1,1 milliard de francs de coûts externes, la navigation à peine 100 millions.

Bénéfices externes de la mobilité douce

Les calculs ont également déterminé les bénéfices externes. Il s’agit en particulier des conséquences positives du vélo et de la marche à pied sur la santé. Cyclistes et piétons sont bien sûr les premiers à profiter d’une meilleure santé. Une partie du bénéfice va toutefois aussi à des tiers voire à la collectivité, par la réduction de l’absentéisme au travail pour cause de maladie et de la charge à assumer par les assurances sociales. Le bénéfice excédentaire de la mobilité douce, soit la diffé-rence entre ses bénéfices et ses coûts externes, s’élève à 400 millions de francs pour l’année 2015. Il est redevable en particulier aux piétons et piétonnes, tandis que les coûts et les bénéfices externes des déplacements à vélo s’équilibrent à peu près.

De 2010 à 2015, les coûts externes des transports ont légèrement augmenté, passant de 12,0 à 12,8 milliards de francs. Cette hausse est induite par l’augmentation du trafic, par la croissance démographique et par le nombre plus élevé de bâtiments exposés aux incidences négatives du transport. À l’inverse, la baisse du nombre d’accidents sur la route a réduit les coûts, de même que l’amélioration technologique de la motorisation qui a fait chuter les émissions.

L’ARE calcule chaque année les coûts et bénéfices externes des transports. Des expert-e-s contrôlent et adaptent régulièrement la méthodologie et les bases de données. Ainsi, la valeur d’une année de vie perdue a récemment été revue pour la Suisse, sur la base des calculs de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle est aujourd’hui de 230 000 francs, soit plus du double de sa valeur antérieure. Cette adaptation augmente considérablement les coûts externes liés à la pollution de l’air et au bruit causés par les transports. En effet, ces deux nuisances causées par les transports ont entre autres été, en 2015, à l’origine de la perte de 16 700 années de vie.

Les coûts externes des transports présentés aujourd’hui montrent que le prix de la mobilité ne couvre pas les coûts qu’elle cause et que le principe de l’usager-payeur n’est donc pas suffisamment appliqué. Le fait que le prix de la mobilité soit globalement trop bas constitue une incitation à effectuer des trajets plus longs et plus fréquents que si les coûts étaient intégralement répercutés. Il s’en suit une consommation de ressources qui n’est pas pertinente du point de vue de l’économie nationale. Les montants considérables des coûts externes se retrouvent à la charge de la société ou des générations futures.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral du développement territorial ARE
+41 58 462 40 60
info@are.admin.ch
https://twitter.com/AREschweiz



Auteur

Office fédéral du développement territorial
https://www.are.admin.ch/are/fr/home.html

https://www.are.admin.ch/content/are/fr/home/media-et-publications/communiques-de-presse/medienmitteilungen-im-dienst.msg-id-71461.html