Monitoring

Développement et mise en œuvre d’un suivi, c’est-à-dire d’un système d’observation des effets territoriaux (étape en cours).

Les études de cas déjà réalisées ont abouti à un certain nombre de conclusions qui sont présentées dans deux rapports::

  • Un rapport de synthèse qui porte sur les 4 premières études de cas (S-Bahn Zurich, infrastructures dans la plaine de Magadino, tunnel de la Vereina et tunnel de la Vue-des-Alpes)
  • Un rapport historique sur les études EIT qui tire un bilan des expériences acquises et qui pose les bases pour les études à venir dans le cadre du projet MGA.

Ci-dessous quelques enseignements issus de ces rapports.

  • Il n'existe pas de lien causal direct et automatique entre la réalisation d'une infrastructure de transport et le développement territorial. Les effets territoriaux résultent de plusieurs facteurs et ne correspondent pas forcement à ceux que l'on attend. Une infrastructure de transport qui engendre une amélioration de l'accessibilité, renforce ou affaiblit une évolution déjà en cours, mais contribue rarement à une inversion de tendance.
  • L'amélioration de l'accessibilité d'une région constitue un facteur important mais qui ne suffit pas à expliquer un développement territorial. Les potentiels (caractéristiques socio-économique de la région) et les acteurs (entrepreneurs, politiciens, usagers des transports) jouent aussi un rôle important. D'une manière générale, les effets territoriaux des infrastructures de transport sont surévalués.
  • Lors de la réalisation d'une infrastructure, il est délicat  d'isoler des effets territoriaux reproductibles car cette infrastructure est partie prenante d'un système de transport existant. En Suisse, la qualité et la quantité des dessertes sont deux des raisons qui expliquent les faibles retombées des projets de nouvelles infrastructures.
  • Les effets territoriaux sont très longs à se manifester. Pendant qu'ils se déploient, diverses autres conditions vont déterminer des changements dans la structure et les activités du territoire (p. ex. le choix du site d'implantation pour une entreprise ou un ménage).
  • La méthode Tripod, qui s'appuie sur 3 facteurs (accessibilité, potentiels et acteurs) permet d'expliquer les interactions entre l'infrastructure de transport et le développement territorial. La méthode est applicable à tout type de projet. Elle a fait ses preuves aussi bien dans l'analyse que dans la communication simple d'enchaînements causals multiples et complexes (voir les rapports d'évaluation matérielle et méthodologique, PDF ci-dessous).

Pourquoi construire de nouvelles infrastructures?

Compte tenu des hauts niveaux d'accessibilité actuels en Suisse, les effets territoriaux ne mènent plus à de grandes transformations, comme le désenclavement de régions auparavant isolées, mais permettent plutôt une meilleure utilisation des zones déjà bâties et le maintien des bons niveaux d'accessibilité existants. Pour les régions intéressées, le projet «Monitoring Gotthard Achse» (MGA) essaiera d'identifier non seulement «effets territoriaux», mais aussi les«bénéfices» par rapport aux objectifs envisagés par les acteurs institutionnels (Confédération, Cantons, Communes). Le MGA proposera aussi, à la fin de chaque étape, des recommandations pour les acteurs impliqués dans les processus de développement territorial et de promotion de la mobilité durable.

https://www.are.admin.ch/content/are/fr/home/transports-et-infrastructures/programmes-et-projets/effets-territoriaux-des-infrastructures-de-transport/monitoring.html