646 fois le tour de la Terre: gros potentiel d’un changement du mode de transport

Ittigen, 26.04.2012 - Le trafic de loisirs recèle un potentiel considérable inexploité. De nombreux trajets en voiture pourraient être remplacés par les transports publics. Selon une étude commandée par l’Office fédéral du développement territorial (ARE), le potentiel réalisable est estimé à quelque 26 millions de kilomètres par jour. Ce chiffre correspond, ni plus ni moins, à 646 fois le tour de la Terre.

Si les conditions s’y prêtent, de nombreux individus pourraient décider, durant leurs loisirs, de renoncer à la voiture pour lui préférer les transports publics, la marche ou le vélo. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée sur mandat de l’Office fédéral pour le développement territorial ARE. Si le potentiel de transfert était entièrement exploité, 25,1 millions de kilomètres, ou 626 fois le tour de la Terre, seraient parcourus quotidiennement non plus en voiture, mais avec les transports publics. Le potentiel d’un abandon de la voiture au profit du vélo ou de la marche est chiffré à 800 000 kilomètres par jour, soit près de vingt fois le tour de la Terre. Pour les calculs, l’étude s’est limitée aux activités de loisirs les plus fréquentes: les visites à des parents ou à des amis, les trajets au restaurant et les déplacements dans le cadre d’activités sportives. Le trafic de loisirs occupe une place importante dans le volume total de trafic (voir encadré).

L’étude s’est également intéressée, outre au potentiel d’un changement du mode de transport, à la question de savoir pourquoi les participants au trafic choisissent certains modes de transport et quels sont les mécanismes psychosociologiques en jeu. Les auteurs proposent diverses mesures pour exploiter le potentiel de transfert, mais soulignent aussi que leur planification est difficile. Pour rendre le trafic de loisirs durable, il ne suffit pas de miser uniquement sur le développement des infrastructures. Si l’on veut que le comportement des participants au trafic change effectivement, plusieurs conditions doivent être remplies. Elles concernent les capacités physiques, la possession d’un abonnement des transports publics et/ou d’un vélo, des chemins sûrs et attrayants et le fait pour le public de connaître ceux-ci. Pour assurer le succès des mesures, les acteurs de la politique des transports doivent se mettre en réseau et coordonner leurs activités de planification.

Le trafic de loisirs en Suisse
Plus de la moitié du temps passé dans le trafic est due au trafic de loisirs, qui génère plus de deux cinquièmes des déplacements et des distances. Pour près de 70% des distances parcourues pendant les loisirs, les participants au trafic utilisent la voiture. Presque la moitié de toutes les étapes est cependant accomplie à pied, soit une proportion plus élevée que pour la voiture (36%). Les Suisses se déplacent dans leurs loisirs principalement pour rendre visite à des parents ou à des amis (20% des déplacements pour les loisirs), pour aller au restaurant (20%) ou pour mener une activité non sportive à l’extérieur (20%; promenade p.ex.). La pratique d’une activité sportive est à l’origine d’un déplacement pour les loisirs sur huit.
Source: Microrecensement 2005 sur le comportement de la population en matière de transports.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral du développement territorial ARE
+41 58 462 40 60
info@are.admin.ch
https://twitter.com/AREschweiz



Auteur

Office fédéral du développement territorial
https://www.are.admin.ch/are/fr/home.html

https://www.are.admin.ch/content/are/fr/home/media-et-publications/communiques-de-presse/medienmitteilungen-im-dienst.msg-id-44275.html