Scénarios et méthodologie

Quatre scénarios ont été calculés dans le cadre des perspectives d’évolution du transport 2050. Les principales variables considérées sont les avancées technologiques (véhicules autonomes, offres combinant les moyens de transport ou moteurs électriques, par exemple) et la volonté des décideurs politiques et de la société de s’engager plus avant en faveur d’une mobilité durable.

Le scénario « Base » est au cœur des perspectives d’évolution du transport. Il reflète une évolution tendant vers une mobilité économe en ressources pour les voyageurs comme pour les marchandises, dans le droit fil des objectifs énoncés par «Mobilité et territoire 2050 : partie Programme du plan sectoriel des transports» . 

Les scénarios ne travaillent pas avec des cibles établies, ils avancent au contraire sans parti pris et s’inscrivent dans une démarche exploratoire. Ils envisagent des hypothèses variées, notamment quant à la question de savoir si et quand des véhicules autonomes seront mis en circulation, à l’importance future du télétravail ou à la volonté politique de promouvoir spécifiquement la mobilité économe en ressources (transports publics, vélo, déplacements à pied, etc.).

D’autres hypothèses portent sur les comportements en matière de mobilité, en particulier sur le degré de mobilité des seniors et sur la mesure dans laquelle la réduction des trajets domicile-travail sera compensée par les déplacements de loisirs. Les hypothèses relatives à la structure territoriale sont elles aussi importantes : de la question de savoir si nous vivrons plus en milieu urbain ou rural à l’avenir dépendent la longueur de nos trajets futurs et nos choix de mode de transport. 

Tous les scénarios tablent sur une prospérité croissante et sur une progression du télétravail et du commerce en ligne, mais dans une mesure qui varie d’un scénario à l’autre. 

AR_0_2_fr

Scénario « Base »

Ce scénario intègre une série de mesures en matière de transport allant dans le sens du développement durable et d’une mobilité économe en ressources. Il présuppose que la société est prête à accepter de telles mesures. 

Le succès des vélos électriques allié au développement des infrastructures cyclables favorisent une utilisation accrue du vélo. Parallèlement, les coûts des déplacements en voiture augmentent par rapport à ceux des transports publics. Le télétravail fait partie du quotidien, d’où une nette diminution du nombre de trajets domicile-travail ou de déplacements professionnels. Le trafic de loisirs connaît en revanche une forte hausse. Le transport de marchandises se reporte de manière sensible vers le rail, aiguillé en cela par des instruments politiques tels que la redevance poids lourds RPLP. Le fret ferroviaire bénéficie en outre d’un regroupement des marchandises.

Scénarios Société durable ou individualisée

Les scénarios « Société individualisée » (SIN) et « Société durable » (SDU) se caractérisent par un développement et une acceptation plus larges des nouvelles technologies par rapport au scénario « Base ». 

Ils tablent tous deux sur un nombre élevé de véhicules autonomes. Plus de 60% des voitures seront autonomes en 2050. Les offres à la demande, au sens de bus sur appel pouvant être commandés avec une grande souplesse, ont fait leurs preuves. L’électromobilité s’étend comme une traînée de poudre. Ainsi, dans le scénario « Société durable », près de 85% des voitures sont équipées d’un moteur électrique en 2050, contre environ 44% dans le scénario « Société individualisée ». Les divergences entre « Société durable » et « Société individualisée » portent sur le but dans lequel sont mises à profit les innovations, à savoir dans une optique de préservation de l’environnement (« Société durable ») ou dans l’intérêt des individus (« Société individualisée »).

Scénario « Société durable »

Dans ce scénario, la conscience environnementale et le sens des responsabilités sociales sont particulièrement aiguisés. Les gens attachent une plus grande importance à la notion de durabilité qu’à celle de propriété, ils sont très ouverts au partage. En matière de développement territorial, l’accent est placé sur le développement de l’urbanisation à l’intérieur du milieu bâti, la vie urbaine est plus attrayante. Au niveau politique, des instruments sont mis en place afin de renchérir l’utilisation de la voiture. Parallèlement, les tarifs des transports publics deviennent plus intéressants. Ces hypothèses se traduisent par un trafic globalement réduit par rapport aux autres scénarios. À long terme, les véhicules autonomes dédiés au transport de voyageurs et de marchandises finiront par s’imposer, que ce soit sous la forme d’offres de TP automatisées en ville ou de navettes à la demande en zone rurale. La quasi-totalité des voitures particulières ont un moteur électrique. Le transport de marchandises se reporte de manière sensible vers le rail du fait d’instruments politiques tels que la redevance poids lourds RPLP.

Scénario « Société individualisée »

Dans ce scénario, les usagers et usagères mettent à profit les avancées technologiques principalement afin de servir leurs propres intérêts. Posséder sa voiture est une évidence, et la tendance aux véhicules plus spacieux se poursuit. Le développement durable passe au second plan et est toléré pour autant qu’il ne limite pas le rayon d’action des individus et qu’il ne coûte pas trop cher. Pour ce qui est du développement territorial, la tendance est plutôt à une poursuite de l’étalement urbain. Plutôt qu’en zone urbaine, c’est en zone rurale et dans les espaces intermédiaires que de nouveaux quartiers voient le jour. Les transports publics reçoivent moins de subventions, ce qui fait grimper leur prix par rapport à la voiture particulière, dont le coût d’utilisation reste bas. Le besoin de combiner plusieurs moyens de transport ou de créer des offres de partage est pratiquement nul. Le transport de marchandises par route et par rail est plutôt bon marché. Le commerce en ligne affiche une croissance plus forte que dans les autres scénarios.

Scénario « Statu quo »

Ce scénario ne fait que prolonger les tendances qui s’observent actuellement. Des avancées technologiques sont réalisées, mais elles ne modifient que lentement le paysage de la mobilité. Le développement durable n’est pas une priorité. Bien qu’atténué, l’étalement urbain se poursuit. Les formes d’urbanisation et d’habitat restent inchangées et il est relativement bon marché de circuler avec sa propre voiture. Le nombre de trajets par personne recule certes légèrement en raison du télétravail et des achats en ligne, mais le volume de trafic se maintient à un niveau similaire à aujourd’hui du fait du surcroît de trajets de loisirs. 


Sommaire

Le paysage des transports en 2050: hypothèses

Présentation des hypothèses relatives à l’évolution de la population, de l’économie et de la structure territoriale et aux développements politiques, technologiques et sociétaux sous-tendant les perspectives d’évolution du transport.

Scénarios et méthodologie

Description des quatre scénarios et de leur positionnement par rapport aux différentes hypothèses présentées dans le chapitre précédent.

Évolutions relatives au transport de voyageurs

Résultats concernant l’évolution de la mobilité des personnes selon les divers scénarios et à divers horizons temporels.

Évolutions relatives au transport de marchandises

Résultats concernant l’évolution du transport de marchandises selon les divers scénarios et à divers horizons temporels.