Milieu bâti

La forte augmentation que connaissent depuis des décennies les surfaces d’urbanisation et d’infrastructure est un thème central et récurrent du développement territorial suisse. Au cours des dernières années, ces surfaces ont augmenté moins fortement que durant les décennies précédentes. La disparition de précieuses terres agricoles reste néanmoins de grande ampleur.

L’utilisation des surfaces

En Suisse, les surfaces d'habitat et d'infrastructures représentent environ 7,5 % du pays et s'étendent aux dépens des surfaces agricoles. Les surfaces agricoles et les forêts occupent plus ou moins chacune un tiers du territoire. Environ un quart du pays est couvert de surfaces dites improductives (glaciers, rochers, etc.).

Surfaces d’habitat et d’infrastructures

Les surfaces nouvellement consacrées à l’habitat et aux infrastructures depuis les années 1980 couvrent l’équivalent du lac Léman. L’accroissement se poursuit, même si son rythme est un peu plus lent. Les surfaces d’habitat et d’infrastructures continuent néanmoins à augmenter plus vite que la population, ce qui est incompatible avec un développement durable.

Zones à bâtir

En Suisse, il n’est en principe autorisé de construire qu’à l’intérieur des zones à bâtir. En 2017, celles-ci occupaient au total 232 038 hectares, dont largement plus de 80 pour cent sont déjà construits.

Monitoring de la construction hors zone à bâtir

La séparation entre territoire constructible et non constructible est un enjeu majeur de l’aménagement du territoire. En Suisse, seules sont autorisées en dehors des zones à bâtir les constructions de type agricole et celles qui s’imposent par leur destination. Environ 600 000 bâtiments sont situés hors de la zone à bâtir.

Contact

Observation du territoire Suisse

Marco Kellenberger

Imprimer contact

https://www.are.admin.ch/content/are/fr/home/developpement-et-amenagement-du-territoire/bases-et-donnees/observation-du-territoire/milieu-bati.html